Le Guide Ultime de votre installation en Australie :

Comment s’installer en Australie en 10 leçons :

Leçon n°1 : Bien comprendre les restrictions de votre Visa. En effet, ils sont tous très différents, certains vous autorisent à travailler, d’autres pas, ou partiellement, ou dans une durée limitée, bref.. Soyez au clair..

Leçon n°2 : Si vous envisagez de travailler, il va vous falloir un « Tax File Number ». Quesaco ? C’est votre numéro d’immatriculation à l’office des taxes (ATO). Il faudra le communiquer à chacun de vos employeurs.

Pourquoi ? Parce que en Australie, on paie nos impôts à la source et à la fin de l’année fiscale (fin juillet) on fait sa déclaration d’impôt et on récupère en général de l’argent du gouvernement, se sont les « Tax back »

Comment obtenir un Tax File Number : Vous pouvez le faire par internet sur le site d’immigration, c’est assez simple.

Leçon n° 3 : Pour toutes celles et ceux qui veulent travailler dans des bars, il vous sera demandé le diplôme du RSA (Responsible Service of Alcohol) et non pas le RSA de la caf haha. C’est une formation d’une journée ou on vous apprend les effets de l’alcool, comment reconnaître les différents stades de l’ivresse, les doses légales à servir… c’est plutôt simple. Pas de panique. Il faudra compter quelques $80 tout de même et une journée entière de formation à l’issue de laquelle vous passerez un petit test. Si vous avez bien écouté, vous repartirez normalement avec votre diplôme sous le bras. Le gouvernement est stricte, vous n’avez pas le droit de servir de l’alcool si vous n’avez pas ce diplôme.

Leçon n°4 : Ouvrir un compte bancaire. C’est tout facile, munissez vous de votre passeport et d’un peu de cash, quelque $200 devraient faire l’affaire. Vous ne pouvez pas ouvrir un compte vide, donc il faut effectuer un petit dépôt lors de l’ouverture.

Personnellement, j’ai un compte à Westpac et j’en suis contente. De plus, avec l’accès internet, je peux faire des versements en Australie et à l’étranger.

Pendant que vous y êtes, ouvrez aussi un compte « Superannuation » à la Westpac toujours. C’est pour la cotisation retraite. En effet, votre employeur doit verser chaque semaine un minimum de 9% de votre salaire sur ce compte. En cas de départ définitif de l’Australie, vous pourrez récupérer cet argent, mais attention, l’état se prendra au moins 45% de taxes auparavant..

Leçon n°5 : Trouver un logement. En Australie, on fonctionne beaucoup en colocation. Pour les budgets plus serrés, vous pouvez aussi partager une chambre avec une ou plusieurs autres personnes. Les étudiants fonctionnent beaucoup comme ça en ville.

Vous pouvez commencer pas aller voir les annonces sur Gumtree, site très célèbre ici. Ensuite, il y a des sites internet spécialisés pour la coloc. Voir ma liste..

Prévoyez entre $180 et $300 par semaine pour une chambre à vous, tout dépendra du quartier.  Je vous conseille de louer des chambres déjà meublées, vous en trouverez pas mal dans les annonces. Il est clair que les loyers sont plus élevés à Bondi Beach qu’au centre ville par exemple. Il faudra aussi prévoir entre $500 et $1000 de « Bond » caution.

Leçon n°6 : Ne pas s’endormir sur ses lauriers… Tout dépend du but de votre séjour et de vos ressources, mais pour ceux qui veulent travailler, commencez à chercher ! En effet, il n’est pas si évident de dégoter un boulot, surtout en été !! De plus, la concurrence est rude avec les anglais et les irlandais qui se font embaucher en priorité puisqu’ils sont « fluent in English »

Même chose, commencez par Gumtree et faites vos recherches sur le net. Vous pouvez également consulter ma liste de sites Web et agences de recrutement..

Leçon n°7 : Si vous êtes en WHV, je vous conseille d’effectuer au plus vite vos 3 mois de « fruit picking » si vous voulez pouvoir prolonger votre visa d’une année supplémentaire. Le temps passe vite là-bas, vous n’avez pas idée..

Leçon n°8 : Aussitôt que vous entamerez des démarches pour un nouveau visa (mis à part la 2ème année WHV), vous serez soumis à un test de santé. C’est obligatoire et ça fait entièrement partie de la procédure. Sachez que le gouvernement peut refuser votre visa si vous avez la tuberculose ou le VIH. Ce n’est pas systématique, mais c’est écrit dans le formulaire.. Les prises de sangs ne sont effectuées que pour les demandes de résidence permanente ou les mariages.

Autrement, les tests basics sont : Une radio des poumons, contrôle de la vue, prise de mesures (poids et taille), contrôle de la pression sanguine et un entretien avec un docteur. Comptez une bonne matinée d’attente et $ 250 au moins.

Ensuite, le centre vous envoie une enveloppe scellée avec vos résultats. Surtout, ne l’ouvrez pas !!! Sinon, vous devrez recommencer tous les tests ! Il faudra l’envoyer en temps voulu à l’office d’immigration qui s’occupe de votre demande de visa.

Conclusion : Si vous avez un problème de santé, c’est le gouvernement qui vous en informera lorsqu’il aura reçu l’enveloppe de vos résultats !!! Oui, c’est vraiment étrange, mais c’est le procédé…

Leçon n°9 : Passez votre test d’anglais IELTS. Pour vos futures demandes de visa et vos admissions à l’université, il vous sera demandé vos résultats IELTS. La liste d’attente est assez longue, donc il faut réserver sa date assez à l’avance.

Comptez $310 et une journée entière, le matin :  épreuves d’écoute, de lecture et d’écriture (il faut écrire un essai) et l’après midi : épreuve orale. Vous obtiendrez donc 4 notes qui vous feront une moyenne générale. C’est noté de 1 (aucune habilité à parler anglais) à 9 (Expert en la matière). Certaines universités vous demanderont une moyenne de 5,5 (entre modeste et compétent) d’autre un peu plus, tout dépend évidement du niveau d’étude.

Leçon n°10 : Quelque soit le type de visa pour lequel vous opterez (mis à part le visa étudiant, plutôt simple), référerez-en à un agent de migration. Les lois sont beaucoup trop complexes et changent régulièrement. Cela vous coutera entre $2000 et $3000, tout dépend du cas, mais croyez moi, se débrouiller tout seul dans cette jungle administrative va vite ressembler à un enfer..

Votre « Migration Agent » n’est pas un agent du gouvernement. Il exerce une profession privée, mais il devra être inscrit au bureau de la MARA. Vous pouvez vous connecter sur le site de la MARA qui vous donnera la liste de tous ces agents accrédités ainsi qu’une black list d’agents frauduleux radiés du bureau, c’est impressionnant comme la liste est longue d’ailleurs. Donc méfiance… Je vous conseille d’en trouver un qui travaille dans un cabinet d’avocats ou une société.

Voilà à mon sens, l’essentiel pour commencer. Toutes ces épreuves, je les ai vécues et j’ai bien galéré toute seule. J’espère donc que cette liste vous aidera vous !!

Tags: , ,

Leave a Comment

Login